Les temps changent ! …

Chantal Thomass relooke le mythique Lave-linge de Vedette

1972 ... souvenez vous ... cette pub mémorable avec la fameuse mère Denis qui vantait les mérites du lave linge de la marque vedette dans une prairie.

Photo © Fagor Brandtlave_lingeChantal_Thomas

La mère Denis doit rosir de plaisir en voyant le dernier modèle de la marque
"Dessus-Dessous" customisé par Chantal Thomas, la papesse du dessous chic affriolant.

Avec un peu d'imagination on se téléporte 35 ans en arrière et l'on se prend à relooker la mamie-vedette de l’époque qui aurait troqué sa culotte XXL contre quelques dessous froufroutants avant que d’aller se faire trousser au milieu des blés par quelques jeannots lapin …

Chantal Thomass, papesse des dessous chics et aussi la reine du marketing, qui vient d’habiller la machine à laver vedette d’un capitonnage de soie rose bonbon, bien kitsch et exubérant !.

.. .Signe des temps oblige, le prototype de ce modèle "collector" habillé de capitons en soie rose,  sera prochainement vendu aux enchères au profit d'une association.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Le modèle que vous pouvez acheter au prix de 850 € est édité en série très limitée à 300 exemplaires, et réservé aux premiers inscrits.

En prime ces 300 chanceux ou chanceuses se verront offrir un "sac à dessous" griffé Chantal Thomass pour laver leur lingerie délicate.

Vedette_par_Chantal_Thomas

Réservation en exclusivité sur le site vedette par Chantal Thomass.

Bon week end à tous et n'oubliez pas de faire tourner vos machines même si çela ne fait pas forcément voir la vie en rose ... en écoutant bien entendu ce fameux tube de la môme PIAF ... il paraît que le film est à voir !

Olivier Castaing - Paris 23 février 2007