CB_Amazonia_2006Les œuvres de Chica Boyriven nous proposent une immersion dans le chaos primordial; la matière des origines s’agglomère, instable, fluide, insaisissable. Telles des équations primitives et balbutiantes qui révèleraient la formule du monde et éclaireraient la nuit de ce chaos.

Quelques écritures sont là, indéchiffrables, pour ajouter au mystère, pour le rendre encore plus profond si nécessaire. Elles sont la trace d’une mémoire, d’une intervention possible, d’une explication qui ne viendra jamais.

Avec ce travail, Chica Boyriven nous immerge dans cette dimension impalpable, ce jeu du hasard et de la nécessité aux élaborations mouvantes et archaïques si présentes au fond de nous-mêmes, enfouies dans les replis de notre inconscient et toujours prêtes à surgir.

Alexis Paseyro Supervielle, Paris le 20 mars 2007

Chica Boyriven est née à Sao Paulo au Brésil. De père français et de mère brésilienne, Chica Boyriven fait ses études au Brésil et arrive à l’âge de 19 ans à Paris pour suivre les cours de l’école des Beaux-arts. Elle s’inscrit dans l’atelier de dessins de Sennelar et passe son diplôme de peinture dans celui d’Alechinsky.

Elle complète sa formation artistique en fréquentant régulièrement l’atelier des arts du livre de Mireille Baltar s’initiant à la gravure. La passion du dessin l’amène à entreprendre un stage de fabrication de papier végétal à base de bananier, papyrus, ananas dans son pays natal.

Nostalgique des gravures naturalistes du XVIII ème, elle s’intéresse aussi aux plantes médicinales et suit des cours à l’Ecole des Plantes de Clotilde Boivert à Paris.

DSCN1667DSCN1669

          Sable et acrylique sur bois, 2006 - 42x70 cm                           


Ses fréquents séjours au Brésil lui ont permis d’élargir sa connaissance de la culture populaire et de s’intéresser au destin des peuples indigènes auxquels elle a souvent rendu hommage au travers de sculptures-totems, d’exvotos et de compositions picturales.

Aujourd’hui, poursuivant ses recherches sur la gravure, elle compose une série de tableaux qui s’apparentent à des aquatintes, puisant dans ses origines et sa culture son inspiration.

Ses dernières toiles résultent d’une alchimie picturale, mêlant sable et peinture acrylique et recréant un monde aux confins de territoires mystérieux. La matière ainsi obtenue est magnifiée par des teintes photo-luminescentes ou se mêlent des tons gris-bleu et jaune solaire ou simplement monochrome qui accentuent l’effet de clair obscur et révèlent des tracés sinusoïdales, mi hiéroglyphes mi scarifications.

En filigrane on peut deviner son goût prononcé pour les voyages et les aventures lointaines, comme autant de «cartes de navigation» qui auraient fait un séjour prolongé dans les fonds marins.

Un travail d’une grande originalité qui confirme les talents de coloristes et l’assurance du trait d’une peintre généreuse au tempérament affirmé. Et, c’est suffisamment rare pour être souligné, Chica Boyriven apporte régulièrement son soutien à d’autres artistes dont elle acquiert volontiers des œuvres.

Olivier Castaing, Art Consultant, Paris le 20 mars 2007

DSCN1662DSCN1656

 Sable et acrylique sur toile, 2006 - 100 x 100 cm           Sable et acrylique sur toile, 2006 - 116 x 90 cm