Le Pavillon ARTEK ... combinaison du zen japonais et du fonctionnalisme finlandais

artek_pavillon_by_Shigeru_Ban_d_tail_structure_du_toitPour la seconde année, l’éditeur finlandais ARTEK était présent au salon INTERNI de Milan. Pour l’occasion il avait fait appel au grand architecte nippon Shigeru Ban, maître d’œuvre du pavillon ARTEK. Ce Show room-open space permettait de présenter la nouvelle collection 2007 et quelques pièces mythiques de l’éditeur.

Installé dans les jardins de la Triennale, le pavillon combine le rationnel et l’irrationnel, l’art et la technologie. Construit en partenariat avec la compagnie forestière finlandaise UPM, il est conçu comme un espace ouvert de 200m2, tout en longueur, la partie centrale translucide permettant d’éclairer l’ensemble.

A l’image d’un temple, cette structure raffinée et élégante, extrêmement «modeste» dans sa conception puisqu’entièrement construite à partir d’un nouveau matériau composite réalisé à base d’étiquettes plastique recyclées des emballages utilisées généralement par UPM(40%)et de bois (60%). Tel un Mécano géants, la structure est assemblée, barres et poutrelles étant habillées d’une juxtaposition de profilés en «L».

Une volonté chère à Shigeru Ban de concilier technologie d’avant garde des matériaux, recherche sur l’élasticité et la résistance de l’ensemble (normes antisismiques constituant une des données de base du cahier des charges de l’architecte japonais) et respect de l’environnement et écologie. Pour lui il ne s’agit pas tant de concevoir des matériaux de plus en plus résistants mais plutôt que la structure elle-même répondent aux critères de résistance voulus. Le composite permet également de varier les formes de base, dans ce cas le profil en «L» ayant été privilégié. Autre ligne de force de tous les projets de Shigeru Ban, un vocabulaire formel et une écriture architecturale réduite à l’essentiel, sans fioritures ni surplus d’éléments décoratifs, ombre et lumière se suffisant à elles-mêmes et créant l’harmonie de ce pavillon. Un esprit zen qui correspond aussi à la philosophie d’Alvar Aalto et qui respecte la tradition et l’identité de l’éditeur finlandais.

maquette_pavillon_ARTEK_by_Shigeru_Ban Pavillon_ARTEK___Vue_inbt_rieure___Maquette principe_d_assemblage___Pavillon_ARTEK_by_Shigeru_Ban Pavillon_ARTEL___verri_re_centrale Milan_C_0407_197 Milan_C_0407_210

Alvar Aalto est l'un des maître du modernisme, comparable à Le Corbusier ou Mies van der Rohe, portant autant d’attention à l'intérieur et l'ameublement de ses constructions qu’à leurs structures. A l'inverse de ses contemporains modernistes d'Allemagne et d'Italie, qui prônaient l'utilisation de matériaux industriels comme l’acier et le verre, Aalto a fait du contre-plaqué son matériau de prédilection. Dès 1929, il étudie les techniques de placage et explore les limites du contre-plaqué moulé. Ces recherches permettront la conception de ses sièges les plus innovants sur le plan technique : les fauteuil N°41 (1931-1932) et N°31(1931-1932). En 1935, il fonde avec sa femme la société Artek qui aujourd'hui encore poursuit l’œuvre du plus grand des architectes finlandais, continuant de fabriquer et distribuer les meubles et objets dessinés par Aalto.

Milan_C_0407_192 Milan_C_0407_205 Milan_C_0407_206 Milan_C_0407_199 Milan_C_0407_200 Milan_C_0407_203


affiche_triennaleJusqu’au 13 mai se tient également au Barbican Center de Londres une exposition rétrospective consacrée à Alvar Aalto (1898-1976). Cette manifestation présente le point de vue de Shigeru Ban sur le travail du designer/architecte finlandais  et explore les liens reliant ces deux architectes très influants, qui, bien qu'appartenant à deux civilisations et deux générations différentes, partagent une même approche visionnaire de l'architecture.

Shigeru Ban explore le développement du modèle architectural d'Alvar Aalto, aussi bien au travers des maquettes, croquis et photographies que des prototypes et objets conçus dans le cadre de 14 de ses principaux projets. Parmi eux on peut citer la Chambre expérimentale (1952-53), le musée d'art du Jutland (1958-72), les Chambres d'Aa-Système (1937-1945), la construction du centre urbain de Seinäjoki (1952-87), le sanatorium de tuberculose de Paimio (1929-33) ou la Villa Mairea (1938-39). 

L'architecte japonais met en perspective ses propres recherches fondamentales en architecture, au travers de ses projets pour la Paper House de Kobe (1995) ou le Pavillon japonais de l'Exposition d'Hanovre (2000) sans oublier le futur Centre Pompidou de Metz réalisé en collaboration avec l’architecte français Jean de Gastines. 

Alvar Aalto comme Shigeru Ban se sont intéressés avant tout aux matériaux naturels et aux structures légères, aux formes fluides avec une même attention voire obsession à créer une harmonie entre leurs bâtiments et l’environnement naturel dans lesquels ils s’inscrivent.

Aalto_Biblioth_que_du_centre_urbain_de_Seinajoki__1952_1987_ aalto_le_sanatorium_de_Paimio__1929_33_ Paper_House_Lake_Yamanashi___Kobe___Japon_1995

Olivier Castaing, Paris le 2 mai 2007

Alvar Aalto  - Bibliothèque du centre urbain de Seinajoki (1952-1987) et Sanatorium de Paimio (1929-33)

Shigeru Ban - Paper House Lake Yamanashi à Kobe - Japon 1995