Paris___divers_143La rue du Dragon célèbre pour abriter les locaux de l’école Penninghen, accueille depuis un peu plus d’un an le dernier né des concepts store du groupe d’Issey Miyake, le génial designer nippon, «fabricant de vêtement», comme il se définit trop modestement lui-même. Pas certain que le choix de la rue ne soit dû au hasard, imagerie asiatique oblige !

Nourrie de la culture de l’Orient, les créations d'Issey Miyake, fruits improbables d’un croisement entre l’origami et la cocotte en papier, ont conquis l’Occident depuis la fin des années 70. Mère des fameux «Pleats Please», la marque décline à l’infini un vocabulaire formel aux coupes simplissimes, caparaçonnant la femme dans des tubulures légères aux plissés accordéons, réminiscence du travail de Mariano Fortuny. Déjà dans les années 20, ce dernier concevait la robe Delphos, avant-garde mixant plissés de soie et couleurs subtiles, résultat d’une savante alchimie des pigments collectés au gré de ses pérégrinations aux 4 coins du globe.

Paris___divers_132 Paris___divers_133

Le concept «ME» propose une ligne rajeunie avec de nombreux top à la structure minimaliste qui privilégient les impressions dans le droit fil des créations nippones d’aujourd’hui, ou le manga et les motifs poétiques ont envahis le quotidien. Espérons que toutes les vieilles taupes en mal d’inspiration vestimentaire, au look aseptisé de bonne sœur tuyau de poil, qui se targuent de «s’habiller design» … n’en feront pas leur top de l’été … au grand désespoir de tous les admirateurs de ce génial créateur !

Paris___divers_142Le concept store «ME» vaut surtout le détour pour les sculptures mi-poupées de chiffon mi divinités animalières, tout droit issue d’un conte de fée et de l’imaginaire fertile et sans limite d’un artiste nippon étonnant. Son nom est à retenir : Naro TAMIYA.

En vitrine une créature fantasque, à la chevelure envahie de bestioles grouillant au milieu d’ombrelles chinoises, aux vêtements patchwork multicolores et bigarrés, tenant en laisse un chien en peluche néo punk acidulé valent vraiment le détour. Pensez à faire un crochet par la rue du Dragon lors d’une prochaine virée du côté de Saint Germain des près pour repenser votre total look … y a du boulot et cherchez l’erreur … le trublion nous adresse un bien joli «MERCI» brodé en lettre de tissus (au dessus de l’horloge sur la robe), avec un «R» qui a pris des ailes «L», gag ou scorie de la prononciation à la nippone … à vous de me le dire.

Un enchantement pour petits et grands, de la poésie à l’état pur, Alice au pays des merveilles n’a plus qu’à bien se tenir !

Olivier Castaing, Consultant artistique, Paris le 4 juin 2007

Paris___divers_135 Paris___divers_136 Paris___divers_143 Paris___divers_146 Paris___divers_147 Paris___divers_148 Paris___divers_140